La petite école

Poème illustré par un tableau de :

Valérie Lamothe
www.galerie-creation.com

C’est un peu de jeunesse au coeur du vieux village
Où s’éteint en douceur un monde qui bascule :
Une petite école – oh ! vraiment minuscule –
Dont le maître fait tout – quelquefois le ménage !

Et dont on est heureux qu’il ait toujours vécu
Dans la communauté, parmi les paysans.
Il a eu comme élèv(es) presque tous les parents ;
Le temps qu’il a donné, il ne le compte plus !

Perdu en Haute-Ubaye, le village est anxieux ;
On se fait du souci tant on craint que l’école
Ne ferme d’ici peu ; et qu’alors ne s’envolent
Les derniers habitants, au loin, vers d’autres cieux.

Car l’instit devient vieux, il songe à sa retraite ;
Les gens sont très inquiets : ils voudraient conserver
Cette école où l’enfance est encore choyée
Et où aller en classe peut même être une fête.

Mais foin de ces tracas ! On est début juillet :
Fête de fin d’année ! Et les dix-huit petits
Dansent à l’unisson sous les regards ravis
De tous les villageois qui veulent oublier

Que cette fête-ci peut être la dernière…
Mais le maître est soucieux : il songe à cet aveu
Qu’il va devoir leur faire. Un difficile adieu
A tous ces braves gens dont il se sent le père…

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Haute Provence, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire