La petite école

Poème illustré par un tableau de :

Valérie Lamothe
www.galerie-creation.com

C’est un peu de jeunesse au coeur du vieux village
Où s’éteint en douceur un monde qui bascule :
Une petite école – oh ! vraiment minuscule –
Dont le maître fait tout – quelquefois le ménage !

Et dont on est heureux qu’il ait toujours vécu
Dans la communauté, parmi les paysans.
Il a eu comme élèv(es) presque tous les parents ;
Le temps qu’il a donné, il ne le compte plus !

Perdu en Haute-Ubaye, le village est anxieux ;
On se fait du souci tant on craint que l’école
Ne ferme d’ici peu ; et qu’alors ne s’envolent
Les derniers habitants, au loin, vers d’autres cieux.

Car l’instit devient vieux, il songe à sa retraite ;
Les gens sont très inquiets : ils voudraient conserver
Cette école où l’enfance est encore choyée
Et où aller en classe peut même être une fête.

Mais foin de ces tracas ! On est début juillet :
Fête de fin d’année ! Et les dix-huit petits
Dansent à l’unisson sous les regards ravis
De tous les villageois qui veulent oublier

Que cette fête-ci peut être la dernière…
Mais le maître est soucieux : il songe à cet aveu
Qu’il va devoir leur faire. Un difficile adieu
A tous ces braves gens dont il se sent le père…

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Haute Provence, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.