La passion

Puissiez-vous ne jamais connaître la passion
Qui viendrait vous briser et le corps et le coeur !
Synonyme au début d’ineffable bonheur,
Elle n’est plus un jour que peine et obsession.

En vous sélectionnant, Eros vous a maudit,
Car cruels sont ses traits toujours empoisonnés :
Il est bien trop violent pour pouvoir perdurer,
Ce fléau qui vous point comme une maladie !

L’Autre vous semble alors avoir un tel éclat
Qu’aucun être sensé ne le reconnaîtrait ;
Et ces attraits fatals dont vous l’avez paré
Sont fausses qualités qu’il ne possède pas :

C’est un être normal dont vous fîtes un dieu
Irréel, idéal ; et toutes vos pensées
Encensent un humain qui n’a jamais été
Tel que vous le pensiez… Gare au jour où vos yeux

Las ! se désilleront ! Car quand vous comprendrez
Que votre amour parfait n’était qu’une utopie
Et votre exaltation une douce folie,
C’est votre ingénuité qui sera fracassée.

Prenez garde à l’amour s’il est trop absolu !
La passion est un mal qui  vous peut dévaster,
Sournois et ravageur ! Mieux vaut ne pas aimer
Que d’être ainsi mué en amant éperdu…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.