La panosse

Abandonné et misérable,
Couleur d’ocre et frangé de sable,
Avec des raies vaguement bleues,
C’est un machin sale et miteux :

En Provence, on l’appelle : « pièce » :
Ou « panosse », et on la délaisse
Pour de plus modernes lingettes
Fraîches, parfumées et coquettes.

Notre serpillière noiraude
Se recroqueville penaude
Dans un sombre coin du garage :
Car la chose molle et pas sage

S’y est cachée, vraiment honteuse
D’être tombée amoureuse
Du tout nouvel aspirateur.
Même la panosse a un coeur !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La panosse

  1. laurine dit :

    est-ce que c’est un chien sur la photo????

  2. Vette dit :

    Oui ! Mais ce n’est pas le mien, et j’espère qu’on ne l’a pas appelé « Panosse », le pauvre !

  3. Vette dit :

    Et comme quoi la poésie permet d’écrire sur n’importe quel sujet…
    Vette

Laisser un commentaire