La panosse

Abandonné et misérable,
Couleur d’ocre et frangé de sable,
Avec des raies vaguement bleues,
C’est un machin sale et miteux :

En Provence, on l’appelle : « pièce » :
Ou « panosse », et on la délaisse
Pour de plus modernes lingettes
Fraîches, parfumées et coquettes.

Notre serpillière noiraude
Se recroqueville penaude
Dans un sombre coin du garage :
Car la chose molle et pas sage

S’y est cachée, vraiment honteuse
D’être tombée amoureuse
Du tout nouvel aspirateur.
Même la panosse a un coeur !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La panosse

  1. laurine dit :

    est-ce que c’est un chien sur la photo????

  2. Vette dit :

    Oui ! Mais ce n’est pas le mien, et j’espère qu’on ne l’a pas appelé « Panosse », le pauvre !

  3. Vette dit :

    Et comme quoi la poésie permet d’écrire sur n’importe quel sujet…
    Vette

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.