La page blanche

Blanche cette page où j’écris.
Blancs ces flocons qui tourbillonnent
Et, se posant sur la Bléone*,
S’y dissolvent sans aucun bruit ;

Sans aucun bruit, comme ma plume
Forgeant à l’ancienne ces vers
Qui voudraient dépeindre un hiver
Où tous les matins se rallument

Les éclairs blonds d’un froid soleil
Sur les monts roses qu’il éclaire.
Comment, Neige, peux-tu parfaire
Plus encor l’aurore où l’éveil

De la lumière exalte tout ?
Je me suis levée de bonne heure,
Quand l’inspiration est meilleure ;
Mais c’est la déception, surtout,

Qui me fait gommer cette page.
Je n’écris rien, car pas un mot
Ne me convient. Et ce chromo
Où l’exagération fait rage,

Je l’efface implacablement
Tant le style en est pitoyable.
Car ce charme indéfinissable,
Dont je me sens un peu l’amant,

Je n’en peux altérer la grâce
Avec des mots trop incongrus.
Et c’est en poète vaincu
Que je vais rejoindre la masse

De ceux que la beauté foudroie…
Sur Saint-Jurs, le ciel gris poudroie.

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.