La nuit

Poème illustré par une aquarelle de :

Gilbert Abric
www.gilbert-abric.com

La nuit s’étale sur la ville,
Baignant les ruelles de bleu
Et de rose. Et l’étrange feu
De la lune embrase les tuiles,

Les tuiles rousses des toits noirs
Qui se découpent sur le ciel
Tout déchiqueté par les ailes
Des chauves-souris dans le soir,

Un soir de juin déjà trop chaud.
La nuit à force de douceur
Estompe l’effet ravageur
De l’été arrivé trop tôt.

Encor tout tièdes de soleil,
Les pavés luisent sous la lune,
Et les longues ruelles brunes
Se taisant enfin s’ensommeillent…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Chez nous, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire