La mort de l’olivier

 Poème illustré par :

Leyla Farra
www.leylafarra.com

Le ciel trop clair est de cristal
Car la lune est ronde ce soir ;
Le gel a pétrifié le val
Où l’eau du ru est un miroir.

L’herbe raidie est toute blanche
Et l’hiver cisaille et taraude :
Il fait moins dix depuis dimanche !
Figée par la bise en maraude,

La sève caille peu à peu
Sous l’écorce de l’olivier
Le plus fragile et le plus vieux,
Tordu par le poids des années.

Le froid est descendu du Nord,
C’est comme un ver dans une fleur ;
L’olivier sombre dans la mort
Et le gel dévore son coeur.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire