La montagne a trop chaud…

La montagne a trop chaud. Desséché et instable,
Un agrégat de rocs et de glace mêlés,
Sur le point de craquer, s’apprête à dévaler
Son flanc vertigineux. Débâcle formidable

Qui peut tout dévaster en frappe meurtrière
Et tout anéantir sous ses coups de bélier…
En bas dans la vallée le village est bien quiet
Et ne se doute pas que des tonnes de pierre

Pourraient en rien de temps le réduire en charpie…
Mais l’on entend soudain un vague grondement.
Tout le monde s’enfuit sans trop savoir comment
Loin du pan de montagne où la mort s’est tapie

Au cœur des rochers noirs ! Desséché et instable,
L’agrégat de rochers et de glace mêlés,
Un morceau de l’Ubaye, s’en vient de dévaler
Jusque dans la vallée… Un silence effroyable

Y règne désormais. Incroyable stupeur
Pour tous les villageois qui n’y comprennent rien,
Si ce n’est que l’arrêt d’un très vieil ordre ancien
Vient de leur être annoncé. Le début de la peur…

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.