La mi-juin

Poème illustré par un tableau de :

Peinture par Christian Guinet 
www.peintre-couleur.com

C’est la mi-juin et le soleil
Ne parvient plus à se coucher.
Les journées s’étirent. L’on veille
Jusqu’à pas d’heure, à musarder.

Le temps est juste comme il faut,
Avec des pointes assassines
Vers midi. Mais s’il fait trop chaud
Le vent vient mettre une sourdine.

Les fleurs explosent de fraîcheur
A l’acmé de leur plénitude,
Et une sorte de fièvreur
Les accule à la promptitude

Car le soleil fourbit ses armes :
Il est las de tant de douceur
Et dans la colline une alarme
Nous a rappelé sa fureur.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.