La mi-juin

Poème illustré par un tableau de :

Peinture par Christian Guinet 
www.peintre-couleur.com

C’est la mi-juin et le soleil
Ne parvient plus à se coucher.
Les journées s’étirent. L’on veille
Jusqu’à pas d’heure, à musarder.

Le temps est juste comme il faut,
Avec des pointes assassines
Vers midi. Mais s’il fait trop chaud
Le vent vient mettre une sourdine.

Les fleurs explosent de fraîcheur
A l’acmé de leur plénitude,
Et une sorte de fièvreur
Les accule à la promptitude

Car le soleil fourbit ses armes :
Il est las de tant de douceur
Et dans la colline une alarme
Nous a rappelé sa fureur.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire