La maison du pendu

Il y a bien longtemps un certain monsieur France
Vivait à Coursegoul(es) : un vieux célibataire
Qui menait au village une vie solitaire,
Une petite vie sans chance ni malchance.

Un jour qu’il contemplait les pentes du Cheiron,
Il se mit à songer… puis il eut une idée :
Faisant fi du bon sens, fou-furieux, il allait
Sur la montagne incult(e) construire une maison !

Il choisit son terrain. Et lors pendant vingt ans,
On le vit qui montait, descendait sans relâche,
Ployant sous son fardeau, attelé à sa tâche
Comme un bourrin têtu. Un travail de Titan !

La maison terminée, il bâtit des restanques
Comme un fou qu’il était. Et quand tout fut fini,
Il demeura pensif et il fut envahi
Par la curieuse idée qu’il allait être en manque !

Tout cela était vain, il fallait redescendre
Au niveau des humains qui ne rêvaient jamais.
Alors l’homme fourbu, las et désabusé,
Rentra à Coursegoul(es) et il alla s’y pendre.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire