La maison arc-en-ciel

Poème illustré par un tableau de :

Demanet
www.be.trefle.com

La maison est tachée par des dégoulinures ;
Comme en juin il fait jour jusqu’à vraiment pas d’heure,
On va en profiter pour repeindre les murs
En choisissant ensemble une jolie couleur.

Je voudrais de l’azur. « Pas de bleu par ici,
Avec ce ciel d’été immuablement clair ! »
C’est l’avis du chien Pif, de Paul, de mon mari…
Je cède à leur avis ; Pierre opte pour du vert !

« Tu es fou ! ai-je dit. Au milieu de ces pins,
L’on ne saura plus trop où est notre maison ! 
– Du gris ? propose Laure… ou un rouge carmin ? »
Comment donc décider ? Qui va avoir raison ?

Chacun choisit alors sa couleur préférée…
Tous les pinceaux s’agitent au chant des cigales ;
Le soleil encor neuf n’est pas trop entêté ;
Pour ne pas nous gêner, il retient ses cymbales…

Et voilà, c’est fini ! Quelle jolie maison
Multicolore et gaie ! Véritable merveille
Aux couleurs arc-en-ciel où Jean a peint un rond
Sur la façade Sud : l’image du soleil !

Nous sommes si contents que tous nous entonnons
Un vrai chant de victoire, un chant tonitruant !
Et dès l’aube demain, enfin à l’unisson,
Nous peindrons les volets d’un blanc étincelant.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire