La lune

 

Elle est comme plaquée sur le ciel bleu marine,
Une grosse pastille encollée sur le fond
Velouté de la nuit aux ondes cristallines.
La ville est endormie, le silence est profond.

Au-dessus de Marseille éteinte dans la nuit
C’est un monde glacé et taché de cratères,
Un cercle de platine immobile et qui luit.
Son reflet engourdi fait scintiller la mer.

Elle est posée là-haut comme un disque très pâle,
Mais sa lumière est grise, et ses rayons figés
Brillent de la teinte froide et lisse de l’opale,
Et même son halo a l’air d’être gelé.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire