La légende du pont d’Avignon

Le jeune Bénezet était un pastoureau
Qui gardait ses moutons fort loin de la Provence ;
Un minot de Burzet, tout pétri d’innocence
Qui aimait bien sa vie. Pour lui rien de plus beau…

Jusqu’à ce qu’il entende une très sainte voix :
« Va-t-en donc sur le Rhône et construis-moi un pont ! »
Le petit rechigna. Oui… Mais résiste-t-on
Aux ordres du Seigneur – même un ordre à la noix ?

Bénezet partit donc avec un pèlerin :
Un ange déguisé, qui lors l’accompagna
Tout au long du chemin pour l’emmener là-bas…
Quel horrible voyage et que c’était donc loin !

Petit Benoît rendu s’en alla voir l’évêque
Juste en train de prêcher. L’homme fort étonné
Lui montra une pierr(e) «  Tu vas la soulever !
Ensuite nous verrons ! » Le minot aussi sec

S’en fut porter le bloc sur la rive du fleuve,
Bien que trente ouvriers n’aient pu le déplacer !
Le prévôt sidéré donna l’ordre d’aider
Le gentil pastoureau à poursuivre son oeuvre.

Il mourut bien avant qu’il ne fût terminé…
Mais pour mieux l’honorer on lui donna son nom :
C’est le pont d’Avignon où l’on dansait en rond,
Qu’on nomme encor parfois le pont Saint-Bénezet.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Contes, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire