La légende de l’olivier

 

Sur la Terre une nuit le Soleil est tombé.
Personne ne l’a vu , sauf peut-être la Lune.
Remontant bien trop vite, il en a oublié
Un petit morceau d’or dans le creux d’une dune.

Ce morceau a fondu en s’étalant partout,
Mare toute dorée ruisselant de lumière.
Elle a chauffé le sol, elle a empli les trous
Pierrailleux et pelés de cette pauvre terre.

Non loin de là poussait un arbre vert-de-gris
Qui a bu goulûment la flaque de soleil.
S’insinuant au coeur de ses tout petits fruits,
Elle les a tirés d’un stérile sommeil.

C’est depuis ce temps-là que les hommes du Sud
En tirent ce nectar dont le monde raffole.
Et c’est cette huile d’or que l’olivier exsude
Sur le vaste plateau non loin de Valensole.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.