La leçon de cynisme

Ne surtout jamais s’investir ;
Etre égoïste et ne penser
Qu’à son seul et cher avenir ;
Avoir l’âme cadenassée,
Ne lui permettre aucun soupir
Ni aucune  bonne pensée.

Eradiquer le mot : « Toujours »
De son esprit… à tout jamais !
En effacer un autre : « Amour »,
Et ne point laisser s’allumer
En son coeur ou à son entour
Le moindre espoir d’être charmé.

Ne surtout pas être attentif
Au moindre signe de tendresse ;
Etre résolument rétif
Aux fallacieuses caresses
Et aux épanchements fictifs
De tout amant, toute maîtresse ;

Garder son cœur claquemuré
Dans un dur et parfait cynisme,
Et demeurer bien emmuré
Par les remparts de l’égoïsme :
Seules façons de conjurer
Un fort déplorable optimisme…

Ne pas craindre la solitude :
Nul besoin d’un autre être humain
Pour atteindre sa plénitude !
Ne point chercher une autre main
Pour effacer son inquiétude
Si l’on a peur des lendemains.

Essentiellement, ne pas croire
A la gentillesse des autres ;
Considérer comme accessoires
Leurs simagrées de faux apôtres,
Leurs émotions aléatoires ;
Se garder de leurs patenôtres,

De leurs émois vite envolés !
Savoir résister à l’envie,
Quand on a peur d’être isolé,
De faire fusionner deux vies ;
Et savoir, bien sûr, s’en aller,
Avant que le coeur ne dévie…xxx

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Portraits, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La leçon de cynisme

  1. Ce poème n’est ni une profession de foi, ni un credo ! Oh non… Mais l’observation attristée de certains êtres autour de nous, pour qui la vie est peut-être plus facile puisqu’ils ne songent qu’à eux…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.