La houle

Poème illustré par :

Artsylvie
www.artsylvie.artblog.fr

La mer ondoie et se balance
Sans cesse ourlée de velours blanc ;
Longue et flexible, la mer danse
Oscillant éternellement.

Elle bat comme un coeur en transe :
Valsent ses flots infiniment ;
Houlent ses vagues en cadence
Sur la plage de sable blanc.

Elle est plate puis elle gonfle
Comme une gigantesque bulle,
Se boursoufle et puis se dégonfle;
Elle chancelle et elle ondule,

Elle monte, elle redescend,
Dodeline. Et l’horizon penche
En vertigineux bercement
Spumeux de mousseline blanche.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire