La houle

Poème illustré par :

Artsylvie
www.artsylvie.artblog.fr

La mer ondoie et se balance
Sans cesse ourlée de velours blanc ;
Longue et flexible, la mer danse
Oscillant éternellement.

Elle bat comme un coeur en transe :
Valsent ses flots infiniment ;
Houlent ses vagues en cadence
Sur la plage de sable blanc.

Elle est plate puis elle gonfle
Comme une gigantesque bulle,
Se boursoufle et puis se dégonfle;
Elle chancelle et elle ondule,

Elle monte, elle redescend,
Dodeline. Et l’horizon penche
En vertigineux bercement
Spumeux de mousseline blanche.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.