La galère

Monet

Poème illustré par un tableau de :

Claude Monet
(1840-1926)

Il fait beau à Lambesc : on dirait le printemps !
On a donc décidé un peu imprudemment
D’aller se promener dans l’arrière-pays.
Oui, mais en février l’hiver n’est pas fini,

Surtout à Valensole où l’on a résolu
De passer quelques jours ; et il aurait fallu :
«  Ecouter les conseils météorologiques »
Dit-on quand tout vira au grand tragi-comique…

Le week-end terminé, nous avons décidé
De quitter le chalet – Ce dès potron-minet !
Pour rejoindre Lambesc… Cependant quelque chose
Nous semblait inouï : quelle était donc la cause

De l’énorme silence autour de la maison ?
Dès les volets ouverts, on en sut la raison :
Du blanc, encor du blanc, de la neige partout :
Nous avions sous les yeux un monde immense et flou

Complètement changé. Où étaient le chemin,
Les murets, les jardins ? Plus de voiture, rien !
A sa place un gros tas d’où sortait une antenne
Comme un long doigt dressé. C’était bien notre veine !

Nous avons déblayé, balayé, transpiré ;
Et en risquant souvent de se fiche au fossé,
Avons roulé au pas pour bien suivre la route ;
Et puis, si l’on pouvait, tout en-bas l’autoroute…

Oh Seigneur, qué galère ! Et boudiou, quelle peine
Avec tous ces lacets pour retrouver la plaine !
Et en bas du plateau, alors qu’on s’attendait
Après tous ces tracas à être enfin sauvés,

Patatras, la cata  ! Oui, même l’autoroute
Ressemblait sous la neige à l’armée en déroute
Du grand Napoléon… Je vous l’ai dit souvent :
De l’hiver Février est le pis des enfants!

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.