La gadoue

 

Il a neigé mardi et tout commence à fondre :
Le soleil n’aime pas un sol blanc par ici,
Il a bien trop à faire pour devoir se morfondre
A contempler la neige au coeur de son Midi.

Le délicat tapis s’est transformé en boue,
L’on glisse et l’on patauge, on clapote et l’on râle.
La si jolie moquette est devenue gadoue,
Une gadoue brunâtre, et visqueuse, et très sale.

On y enfonce presque jusqu’à mi-mollets,
C’est bourbeux et gluant, ça vous glace le coeur,
D’autant qu’à Carqueiranne on est mal équipé
Pour vivre des moments qui ne soient en couleur.

La côte est toute grise et poisseuse la terre,
Et l’on n’a pas fini de se remémorer
Le jour où il neigea aux environs de Hyères
Et où tout s’arrêta car il avait neigé.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire