La forêt aux odeurs

Poème illustré par un tableau de :

H. Guey
henri.guey.free.fr

L’ombre est légère ici car elle vient des pins
Qui ont poussé partout juste après le grand feu,
Mais il est oublié. Tout est calme et serein
Et la résine sourd des hauts troncs écailleux.

Ca fleure bon la cire, et le soleil exhale
Un délicieux fumet tout chaud et tout miellé.
Le tapis épineux aux senteurs de santal
Est doux dans la torpeur qui sied tant à l’été.

Mixture de parfums plus ou moins entêtants,
Résine, romarin, lavandes surchauffées,
La forêt bleue explose  et le grand soleil blanc
Exacerbe l’odeur exaltée de l’été .

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire