La fin de l’été

L’on est bien, l’on respire, il fait un temps parfait.
Les nuits tout en douceur gardent le corps bien frais.
Le ciel d’un bleu faïence a calmé son soleil
Ressemblant désormais à un gros fruit vermeil.

Les jardins sont encor tout submergés de fleurs
Et parfois une pluie bien douce y verse un pleur.
L’air aromatisé y est si bon à boire
Qu’on s’en enivrerait du matin jusqu’au soir.

Car ce n’est plus l’été, mais pas encor l’automne.
C’est un temps ambigu où le bonheur ronronne
Comme un matou en rond oublieux de l’hiver.
Un friselis de vent s’attarde sur la mer…

C’est la fin de l’été, juste un peu monotone,
Un peu mélancolique car mon âme frissonne :
Combien d’étés encor dont je verrai la fin ?
Le Temps intransigeant mange mes lendemains,

Sans pitié, sans merci, de plus en plus féroce,
Et mes jours bien plus courts, de plus en plus véloces,
S’envolent vers l’Ailleurs… Mais ne suis-je point fou
D’ainsi désespérer quand le temps est si doux ?

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.