La fin de l’été

 

On est bien, l’on respire, il fait un temps parfait.
Les nuits tout en douceur gardent le corps bien frais.
Le ciel d’un bleu faïence a calmé son soleil :
Juste chaud, il n’est plus qu’un bon gros fruit vermeil.

Les jardins sont encor tout submergés de fleurs
Et parfois une pluie bien douce y verse un pleur.
L’air aromatisé y est si bon à boire
Qu’on s’en enivrerait du matin jusqu’au soir.

Car ce n’est plus l’été, mais pas encor l’automne.
C’est un temps ambigu où le bonheur ronronne
Comme un gros chat en rond oublieux de l’hiver.
Un friselis de vent s’attarde sur la mer.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire