La figure de proue

Nelson Mandela

Sonnet pour un grand homme.

A la proue du Navire, une grande figure
Que les Dieux ont sculptée dans l’ébène. Une épure
Toute de pureté et de force mêlées
Que des Humains en vain ont tenté de broyer.

Un homme immense et noir au beau sourire blanc
Tendu vers un destin idéal, pourfendant
Le racisme honteux de millions d’oppresseurs
Soutenus  par l’orgueil, la force et la grand’peur

Donnés par le pouvoir et l’argent de la haine.
En brisant les maillons iniques de ses chaînes,
Il a aussi forcé celles de tous ses frères ;

Eternellement là, à l’avant du Navire,
Pour être la vigie désormais nécessaire
Aux Hommes arc-en ciel. Sa force est son sourire.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La figure de proue

  1. Bien sûr, je m’éloigne ici de mon sujet : la Provence ! Mais comment ne pas écrire sur un tel homme…

  2. Brigitte Pernot dit :

    C’est magnifique biensûr et insuffisant ! L’homme mériterait bien quelques strophes de plus.

  3. Ben oui ! Mais dans la mesure où j’ai choisi de « concentrer » mon admiration dans un sonnet, je suis tenu par la forme : deux quatrains et deux tercets !

Laisser un commentaire