La fête des voisins

On est le 28 mai : on est tous descendus
Dans la cour de l’immeuble où même le vieux Charles
A l’air d’être sympa, toutes querelles bues .
On l’a tous décidé : l’on rit et l’on se parle

Comme si l’on était tous des soeurs et des frères !
Heureusement le temps est un vrai temps d’été :
Pas un souffle de vent, une belle lumière :
On est vraiment contents d’être ainsi rassemblés.

On a tous cuisiné : quiches, tourtes, pâtés…
Le gros Antonino a cuit moultes pizzas
Goûteuses à souhait, qu’on mange accompagnées
De grands coups de rosé versé à tour de bras

Car Jean-Luc le Syndic a offert du Bandol ;
N’étant pas coutumier de telles attentions,
Veut-il donc qu’on oublie à quel point il nous vole ?
Mais bah ! N’y pensons plus : qu’importent ses raisons !

C’est un beau soir d’été et l’on est tous amis ;
Et le plus merveilleux, c’est de pouvoir penser
Que partout des voisins sont ainsi réunis,
En Provence, à Paris, et dans le monde entier.

Poème offert à Atanase Périfan

« Mille mercis pour ce délicieux cadeau
Ce poème est magnifique, bravo pour tant de talent
Il me touche
A très vite »
——————————–
Atanase Périfan
Président de la Fédération Européenne des Solidarités de Proximité

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.