La fête des voisins

On est le 28 mai : on est tous descendus
Dans la cour de l’immeuble où même le vieux Charles
A l’air d’être sympa, toutes querelles bues .
On l’a tous décidé : l’on rit et l’on se parle

Comme si l’on était tous des soeurs et des frères !
Heureusement le temps est un vrai temps d’été :
Pas un souffle de vent, une belle lumière :
On est vraiment contents d’être ainsi rassemblés.

On a tous cuisiné : quiches, tourtes, pâtés…
Le gros Antonino a cuit moultes pizzas
Goûteuses à souhait, qu’on mange accompagnées
De grands coups de rosé versé à tour de bras

Car Jean-Luc le Syndic a offert du Bandol ;
N’étant pas coutumier de telles attentions,
Veut-il donc qu’on oublie à quel point il nous vole ?
Mais bah ! N’y pensons plus : qu’importent ses raisons !

C’est un beau soir d’été et l’on est tous amis ;
Et le plus merveilleux, c’est de pouvoir penser
Que partout des voisins sont ainsi réunis,
En Provence, à Paris, et dans le monde entier.

Poème offert à Atanase Périfan

« Mille mercis pour ce délicieux cadeau
Ce poème est magnifique, bravo pour tant de talent
Il me touche
A très vite »
——————————–
Atanase Périfan
Président de la Fédération Européenne des Solidarités de Proximité

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire