La Feria

 

 Poème illustré par :

Michel Faure
http://pagesperso-orange.fr

Aujourd’hui c’est la Fête et ils sont tous dehors :
Des touristes aux vieux, des minots aux pécores …
Les rues grouillent de gens affairés, colorés,
Un fleuve bariolé ne cessant de couler.

Le soleil enragé rend les corps tout poisseux,
Mais l’on n’en a que faire, on est bien trop joyeux
Pour penser à la soif ou mourir de chaleur !
Et pour boire un peu d’eau on verra tout à l’heure !

De l’eau ? Hum … passons ! Pour l’instant on attend
En hurlant, en riant, en chantant, en beuglant.
Puis tout à coup c’est l’heure : on lâche les taureaux !
La foule se déchaîne et l’on devient barjo.

Quelques fous inconscients courent devant les bêtes,
Ils tombent quelquefois. Pour les gens c’est la fête
Dans toute sa passion et toute son outrance
Quand ils sont titillés par les monstres en transe.

Puis après c’est l’arêne et la mort et le sang,
Mais certains y rechignent. Ce sont des innocents
Qui n’ont pas bien compris ce qu’est une Feria
Qu’on devrait  bien plutôt appeler la Furia !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire