La fauchaison

 

Poème illustré par un tableau de :

Jean-Marc Janiaczyk
http://pagesperso-orange.fr/jean-marc.janiaczyk 

C’est un vieux d’autrefois qui travaille à la faux
Et qui se soucie peu de la beauté des choses.
Il coupe, il taille et hache, et les coquelicots
Sous sa lame affutée saignent de leur suc rose.

Il va droit devant lui en s’ouvrant un passage
Dans l’herbe verte et drue qu’il ravage à grands heurts,
Et les fleurs parfumées qu’il trucide et saccage
Ne sont pour lui que gêne et bien petits malheurs.

La prairie qu’il dépèce embaume l’air humide
D’une senteur très fraîche aux arômes poivrés,
Et sa lame acérée peu à peu fait le vide :
Derrière lui le champ est vide et bien rangé.

Il est comme la mort qui va à l’aventure
En ne se souciant pas de ceux qu’elle a brisés.
La vie de chaque jour est vraiment bien trop dure
Pour qu’il s’inquiète aussi de ce qu’il va faucher.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire