La duale

le Mucem

Marseille, ma beauté, qui peux être si laide,
Se pourrait-il que l’Art te vienne enfin en aide ?
En concentrant sur toi fêtes et festivals,
Fera-t-Il oublier combien tu es… duale ?

Ici, c’est le Mucem, dentelle de béton,
Où foisonnent toujours moultes expositions
Qui nous parlent du Sud comme de ta Provence.
L’on y vient de chez nous et de partout en France

Pour jouir de la vue sur ta mer infinie,
De cette passerelle étroite qui unit
Son cube extravagant au très vieux fort Saint-Jean
Enfin mis en valeur dans son cadre élégant.

Mais là-bas vers le Nord il y a tes Quartiers
Qu’un éternel bashing ne cesse d’humilier
En leur criant dessus, et toujours et sans cesse.
Tu es aussi cela : Marseille la pauvresse,

Marseille le problème et Marseille oubliée
De son Sud tout fringant, replet et replié
Sur son luxe coquet de cité balnéaire.
Marseille exacerbée si souvent outrancière

Et Marseille Janus ! Avec tes deux visages,
Comment donc pourrais-tu un jour te montrer sage ?
Marseille des Cités, Marseille de la mer,
Marseille l’ambiguë, paradis et enfer.

Sai-Macchia Danielle a ecrit :

« Bonjour
J’admire vos textes. J’écris, en amateur..uniquement
Sur un forum de poésie…où j’ai la chance d’être appréciée. Quelquefois, à partir d’un mot lu sur un de vos poèmes, l’inspiration vient et les mots s’enchaînent.

Je ne plagie pas.. Jamais
J’aimerais mettre votre très beau poème et tellement exact, Marseille Duale sur le forum … dans la rubrique « les mots des autres ».
En mettant votre nom et la source,  bien sûr.
Si vous le désirez, je peux vous donner plus de détails.
Merci pour vos superbes poèmes.
Une Marseillaise, fan de sa ville… »

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire