La couleuvre

 

Poème illustré par : 

Jef Murray

Une arabesque brune, un frisson-répulsion,
A traversé la cour, zigzaguant en lacets.
Recul incontrôlé, énorme crispation
De tout mon corps tendu, affolé et crispé .

Elle coule, elle glisse, elle paraît gluante
Même si l’on m’a dit que son corps est très doux.
Serpent inoffensif à la taille étonnante
Qui m’a fait sursauter et crier de dégoût.

Angoisse irraisonnée qu’on appelle phobie,
Qu’on ne peut contrôler ! Et le pauvre serpent
Serait certainement pour le moins ébahi
S’il connaissait la peur qu’il m’a faite en passant !

C’est trop souple, luisant et bien trop silencieux,
Un animal trop froid et peut-être sans coeur,
Un boyau qui se tord et qui semble visqueux,
Faisant monter en moi des ondes de terreur.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.