La côte en gris

 

Ce matin un nuage est tombé sur le sol
Et l’horizon bouché n’est plus que brume grise.
On n’a pas l’habitude du côté de Bandol
De ne plus voir de jaune, ni de rouge. Et la brise

Qui venait de la mer s’est éteinte d’un coup
Sur un monde incolore qui stagne en grisaillant.
La mer est immobile et son flot sans à-coups
Est comme de l’étain sous un voile d’argent.

Nulle part de soleil, et pas plus de lointain.
Un mur de brume terne a mangé les couleurs
Et les sons et la vie. Et l’on recherche en vain
La lumière d’azur sur un monde sans fin.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire