La corbeille aux poèmes

Poème illustré par un tableau de :
Osias Beert the Elder
(1580-0624

Sur la colline aux Mots,  il est une corbeille
Que quelques initiés viennent souvent emplir
De poèmes en fleurs, de rires, de soupirs :
Réceptacle des vers au pays des merveilles

Que fréquentent certains, le cœur dans les nuages.
Chaque rime apportée est leur contribution
A l’univers secret devenu leur passion :
La poésie, son art, un splendide mirage.

Mais l’un d’eux qui montait vers l’immense panière
Afin d’y déposer son tout dernier bouquet
Se vit sur le chemin violemment agressé,
Sans y comprendre rien, par un homme en colère

Qui cracha méchamment au milieu des poèmes
Ecrits pour enrichir le merveilleux panier ;
Et le joli présent, soudain contaminé,
Se fripa sur le champ sous le méchant blasphème.

L’artiste désolé tenta un sauvetage,
Essayant de sauver ses pauvres mots fanés
Mais ils étaient bien morts. L’homme qui ricanait
D’avoir atteint son but poursuivit son saccage :

Tous les jours, chaque fois que le pauvre poète
Tentait de repartir vers la corbeille aux mots,
Le critique inflexible ajoutait à ses maux,
Faisant de l’ascension une horrible défaite.

Tant et si bien qu’un jour, lassé par cet obstacle,
Le poète cessa d’écrire et de rimer.
Il ne créa plus rien, se croyant désaimé,
Essayant d’oublier la terrible débâcle

De cette poésie qu’il avait tant aimée.
Enthousiasme envolé tout comme une fumée…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.