La complainte du vieux pin

Le vieux pin

On va donc me couper ! Je gênais tout le monde :
Trop haut, trop déplumé, trop près de la maison
Et très enquiquinant, expédiant mes pignons,
Mes graines, mon pollen et mon ombre à la ronde :

Bien trop envahissant, sans aucun intérêt !
L’élagueur coûte cher, mais ils sont décidés,
Et d’ici quelques jours on va me tronçonner
En tous petits morceaux bons pour la cheminée.

Un arbre souffre-t-il ? Entendez-vous mon coeur
Qui bat de désespoir sous mon écorce grise ?
Je voudrais que le temps cruel s’immobilise,
Ma résine se fige à force de terreur !

Mais j’entends un moteur. Une portière claque.
Des pas dans le jardin. L’élagueur et ses gens
Avec leur tronçonneuse et tout leur bataclan…
N’auront-ils pas pitié de mon vieux tronc qui craque,

De ma tête chenue qu’ils vont faire tomber ?
Mais il faut m’y résoudre : il n’y a rien à faire
Qu’accepter mon futur de bûches pour l’hiver.
Un truc ronfle déjà pour me décapiter…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.