La complainte du prof

Pitchounets qui braillez, je vais donc vous quitter
Tout au long de l’été ! Et vive les vacances
Tout autant pour le prof que pour les marmousets !
Ah ! Pouvoir profiter de ma chère Provence

Sans avoir tout le temps à vous crier dessus !
Ne plus penser à vous pendant ces deux longs mois !
Ne plus devoir parler en élevant la voix !
Je vais enfin pouvoir recharger mes accus…

Petits monstres haïs, adieu jusqu’en septembre !
Finis tous ces cahiers corrigés chaque soir
Avec rage, stupeur et même désespoir !
Vos fautes d’orthographe peuvent bien attendre…

Ce dernier jour d’école est l’un des plus jolis
D’une année où j’essaie d’avoir l’air attentive
A vos petits malheurs. Allez ! Partez ! Et vive
Ces jours bien mérités : mes vacances chéries !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire