La chapelle d’Eygalières

Poème illustré par un tableau de :

Annie Rivière
http://atelieriviere.canalblog.com/

Sur la roche pelée, aride et désolée
Naquit une chapelle : un appel au secours
Pour extirper le mal horrible qui rongeait
Les âmes et les coeurs, toute vie alentour.

La statue de saint Sixte trônait dans l’oratoire
Qu’on avait fait jaillir pour terrasser la mort.
La campagne était blanche et le mal était noir
Qui corrompait , brûlait et lacérait les corps.

Bien que tout ait changé, la chapelle immuable
Est restée bien ancrée au sommet du rocher.
Sa rude silhouette est pour toujours semblable
A celle qu’on voyait au temps du roy René.

On n’y prie plus le Saint car le temps est passé
Où des pierres sacrées attiraient les fidèles.
Un peu lasse et penchée, et même un peu ridée,
Sous son vieux porche usé c’est une vieille belle. 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire