La cabane

Poème illustré par :

Claude-Max Lochu
www.lochu.com

Jean fit une cabane aidé par son grand-père,
Une cabane double. Il n’était pas peu fier
Du travail accompli : c’était une merveille
Perchée sur un grand pin, tournée vers le soleil,

Un étage pour lui et un pour ses amis !
Il la trouvait ainsi tellement réussie
Qu’il ressortit la nuit pour l’admirer encore :
On pourrait la citer au Livre des Records !

Mais c’est alors qu’il eut une énorme surprise :
Un vieux troll de jardin à la peau toute grise
Avait aménagé dans l’une des cabanes !
Aussitôt le garçon se saisit d’une canne

Pour déloger l’intrus à grands coups de bâton :
Le vieux gnôme s’enfuit, l’abreuvant de jurons.
Tout fier de son exploit Jean retourna chez lui
Dans l’espoir d’y passer une très bonne nuit.

Le lendemain matin il s’en retourna voir
Son merveilleux chef-d’oeuvre. Il faisait encor noir
Et le garçon pensa qu’il avait la berlue ;
De la cabane en bois il ne subsistait plus

Que des fragments de mur ! Il se mit à hurler.
Caché dans un tronc creux, le gnôme ricanait :
Il était bien vengé et il avait bien ri
En démantibulant l’antre de l’ennemi !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire