La boutique

 

On y vend de tout, beaucoup de paniers,
Des oblongs, des ronds, même des carrés,
Des grands, des profonds où l’on peut tout mettre,
Etrangement peints de décors champêtres.

J’aime bien rêver qu’aux beaux jours d’antan,
C’étaient des calames souples oscillant
Sur la terre humide d’une oselière,
En des lieux lointains mais où la lumière

Est un peu moins folle que par chez nous.
Ondulant au vent et flexibles sous
Un ciel gris plombé taché de nuages,
Les longs roseaux verts attendaient l’orage

Dans une lueur douce et un peu sombre.
Zone de marais, de fraîche pénombre,
Refuge très sûr de millions d’oiseaux,
C’était le domaine des hauts roseaux

Qui furent tressés pour être paniers,
Des oblongs, des ronds, même des carrés,
Des grands, des profonds où l’on peut tout mettre,
Etrangement peints de décors champêtres.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire