La boulangerie

Ca sent bon le pain frais jusqu’au bout de la rue :
Le vrai, l’artisanal, et qui vient d’être cuit
Il y a à peine une heure. On croit en sa berlue
A voir briller la croûte striée sur la mie

Si blanche et boursouflée avec tout plein de trous !
La croûte bien dorée qui craque sous la dent
En tout petits éclats odorants, durs et roux !
Ce pain du déjeuner et que chacun attend

Stoïque et bien en rang dans le petit matin !
Car chacun à Aurons connaît monsieur Ducasse
Et l’on vient de très loin pour acheter son pain
Ainsi que des croissants, des chichis, des fougasses :

Fougasse au parmesan, fougasses à l’anchois,
Fougasses aux olives, fougasses aux lardons.
Mais il faut m’arrêter – j’y passerais des mois !
Ah ! Il faut inventer les fougasses au thon …

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.