La bouillabaisse

 

Pour Mistral, c’est la Soupe d’Or,
L’antique brouet des pêcheurs
Qui y jetaient ce que dans l’heure
Ils ne rapportaient pas au Port.

Tout y passait : vives, étrilles,
Tous ces alevins qui frétillent
Dans les rochers et les bas-fonds,
Même des têtes de poissons !

Puis on se creusa la cervelle :
On y ajouta du fenouil,
De l’oignon, de l’ail, des favouilles,
Des pommes de terre en rondelles.

Petits poissons devinrent grands
Et leur choix se fit exigeant :
Rascasse, lotte, et galinette,
Congres et beaudroie – Plus de têtes !

Un peu de rouille bien épaisse,
Et des croûtons frottés à l’ail :
De Malmousque jusqu’au Mirail,
C’est ce qu’on nomme «  bouillabaisse ».

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.