La bête à bon Dieu

Posée sur une fleur, une bête à bon Dieu :
Petite boule rouge et symbole de joie,
Cachant sous son habit les deux ailes de soie
L’aidant à déguerpir des détestables lieux

Qu’on saupoudre à l’envi de mille saletés.
Ta jolie protégée, Seigneur ! est bien mignonne,
Léger rond rutilant posé sur la bignone
Qu’elle ponctue de rouge ! Adieu le DDT…

Dans mon jardin, ma mie, tu es en sûreté.
Tu pourras y croquer les maudites bestioles
Grignotant mes rosiers, dont le goût affriole
Les pucerons du coin, ces gourmands éhontés !

Les sept taches tombées sur ton manteau carmin
Sont des gouttes de nuit jaillies du crépuscule.
Insecte du bon Dieu, fragile et minuscule,
Tu es un talisman au coeur de mon jardin.

Tueur de pucerons, avales-en autant
Que tu peux en manger ! Charmante coccinelle
Jolie comme un bijou, garde fermées tes ailes
Et reste ici chez moi jusqu’à la fin des temps…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Printemps, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La bête à bon Dieu

  1. Lu sur FB
    de Catherine Guichot::

    « Les poèmes de Vette de Fonclare sont toujours un pur enchantement, la petite coccinelle qui nous ravit à chaque printemps et chatouillait nos mains d’enfants, exauçant tous nos vœux lorsqu’elle s’envolait vers nos amoureux ! « 

  2. Savez-vous qu’on peut acheter leurs oeufs sur Internet pour les mettre dans nos jardins ? C’est super de planter des coccinelles, non ?

Laisser un commentaire