La bastide aux Réformés

 

Poème illustré par un tableau de :

Paul Cézanne

Là-bas, sous la colline bleue,
C’est une bâtisse orangée
Dont le crépi s’effrite un peu
Sous la vigne vierge dorée.

Un triangle de cyprès noirs
Se dresse près du seuil usé
Par tant de pas, par tant d’espoirs,
Par les larmes des réprouvés.

Ils s’en vinrent chercher pitié
Auprès du vieil âtre, amical
Aux oubliés, aux réformés
Qui fuyaient le broiement du mal.

Cachés sous le plancher boîteux
Dans un caveau moite et humide
Ils psalmodiaient toujours leur Dieu
Au creux de la vieille bastide.

Et de son toit un peu voilé
Leur foi jaillissait vers le jour.
La vieille ferme tant usée
Cachait un secret âpre et lourd.

C’est en souvenir du passé
Où l’on voulait rester fidèle
Qu’à tout jamais les trois cyprès
Egratignent le bleu du ciel …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire