La barrière

gatter_schweinehirtin_hi

Il ne faut surtout plus regarder en arrière :
Vois la femme de Loth qui – las ! y a laissé
Tout espoir et sa vie ! Construis une barrière
Qui pourra te couper d’un bien triste passé…

Pour qu’elle soit solide, il te faut l’assistance
Et la robuste main de tes nombreux amis.
Ce sont des gens costauds et tu as de la chance
De les avoir trouvés ; que le Ciel t’ait permis

De ne pas être seul au moment de l’épreuve !
Ils sont là, toujours prêts à te tendre les bras,
Et tu vas reconstruire une vie toute neuve
Avec cette cloison qui te protégera.

Un solide rempart, muraille infranchissable
Pour qui voudrait encor méchamment te blesser.
Tu pourras t’appuyer sur leur force inusable
En oubliant le mal où tu t’es fracassé.

Une haute paroi. Tout ce qui est derrière
Est vraiment effacé, et même méprisé !
Bien amer souvenir détruit par la lumière
D’un tout nouvel amour, qui l’a pulvérisé…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La barrière

  1. Malène dit :

    La main des amis, celle d’un frère… et de modestes passions pour occuper la tête et les mains! Merci Vette pour ces magnifiques poésies pleines de « vrai »!

  2. Merci, Malène, d’aimer ma poésie : c’est une passion qui a tellement d’importance dans ma vie !

Laisser un commentaire