La ballade des vieux amants

C’était leur crépuscule et il était bien tard !
Deux vieux arbres chenus griffés de cicatrices.
Pensant leur vie finie, démystificatrice,
Ils ne s’attendaient plus à ce coup du hasard.

Un hasard bienheureux appelé Cupidon…
Tous deux se sentaient las, perclus de solitude,
Ne se raccrochant plus qu’aux vieilles habitudes
Qui jalonnaient leur vie. Sentiment d’abandon,

Enorme frustration car leur esprit ouvert,
Aussi vif qu’autrefois, avait l’intelligence
De leurs jeunes années. Mais pétris d’arrogance,
Les gens croient amoindris les vieux en leur hiver…

Eux se sont rencontrés, deux âmes vraiment sœurs.
Et leurs deux corps aussi, car malgré la vieillesse,
Le désir était là, tout comme les caresses.
Union de leurs vieux corps et de leurs jeunes cœurs.

On les a regardés comme deux farfelus ;
L’on ne pouvait penser que malgré leur grand âge,
Des gens puissent montrer la merveilleuse image
Du bonheur retrouvé, d’un amour absolu.

Vivant au jour le jour, ils savent bien qu’un jour,
L’un des deux s’en ira. Mortelle certitude.
Peut-être bien demain… Mais plus de solitude
Puisque l’ombre de l’autre errera pour toujours

Auprès du bien-aimé, l’attendant sans frayeur !
Car tous les vrais amants se retrouvent Ailleurs…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Hiver, Les gens, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à La ballade des vieux amants

  1. Mes petites madeleines dit :

    Émouvant, un poème plein de certitudes … toutes celles que l’on ne veut pas connaître .. merciii Vette pour cette jolie plume .. bonne soirée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.