La baignoire de Pauline Borghèse

Poème illustré par un tableau de

Johannes Vermeer
(1632-1675)

Pauline était très belle. Elle voulait garder
Sa fraîcheur satinée, malgré le cours des ans…
Quand elle était à Aix, elle vivait souvent
Château de la Mignard(e) chez Jean-Baptiste Rey

Sa baignoire de marbre – elle existe toujours !
Etait alors emplie avec le lait d’ânesses ;
Et pour mieux accomplir l’incroyable prouesse,
On en trayait cinquante à peu près chaque jour !

Les laitières ravies tiraient… et engrangeaient !
Mais ce qu’on ignorait, c’était que les coquines
Récupéraient le lait, en marchandes mesquines,
Pour le revendre ensuite à Aix sur le marché.

Un beau jour cependant un client s’étonna :
« Le nectar équidé sentait l’eau de Cologne  » !*
Ainsi fut découvert le manque de vergogne
Des friponnes fieffées venues des Pinchinats,

Qui, couvertes d’opprobre, furent sitôt chassées
Loin de la ville d’Aix : reléguées sur leurs terres
Pendant presqu’une année ! C’en fut fait du mystère
Qui entourait Pauline et sa grande beauté…

*  » Provence secrète et insolite « – J.P Cassely
Editions Jonglez

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.