La baignoire de Pauline Borghèse

Poème illustré par un tableau de

Johannes Vermeer
(1632-1675)

Pauline était très belle. Elle voulait garder
Sa fraîcheur satinée, malgré le cours des ans…
Quand elle était à Aix, elle vivait souvent
Château de la Mignard(e) chez Jean-Baptiste Rey

Sa baignoire de marbre – elle existe toujours !
Etait alors emplie avec le lait d’ânesses ;
Et pour mieux accomplir l’incroyable prouesse,
On en trayait cinquante à peu près chaque jour !

Les laitières ravies tiraient… et engrangeaient !
Mais ce qu’on ignorait, c’était que les coquines
Récupéraient le lait, en marchandes mesquines,
Pour le revendre ensuite à Aix sur le marché.

Un beau jour cependant un client s’étonna :
« Le nectar équidé sentait l’eau de Cologne  » !*
Ainsi fut découvert le manque de vergogne
Des friponnes fieffées venues des Pinchinats,

Qui, couvertes d’opprobre, furent sitôt chassées
Loin de la ville d’Aix : reléguées sur leurs terres
Pendant presqu’une année ! C’en fut fait du mystère
Qui entourait Pauline et sa grande beauté…

*  » Provence secrète et insolite « – J.P Cassely
Editions Jonglez

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire