Je n’aime plus l’été…

Je n’aime plus l’été car il est devenu
Depuis quelques années une saison néfaste,
L’émissaire effrayant d’un Futur inconnu .
Une saison outrée, nocive et qui dévaste

Tous nos plaisirs d’antan à l’exquise douceur.
Mais où sont donc passées ces fraîches matinées
Où les fleurs du jardin de rosée festonnées
Se préparaient tout doux à l’intense chaleur

Qui poindrait vers midi ? Là, dès potron-minet,
Elles ont déjà chaud. Point de nuit apaisante,
Car ce foutu soleil persiste à fulminer
Bien au-delà d’une heure éminemment décente !

Les barbecues ? Finis ! Plus d’apéro dehors :
L’on n’ose même plus s’installer aux terrasses,
Si ce n’est protégés par la fine brumasse
Qu’on y a installée pour rafraîchir nos corps

Suants et épuisés par l’excès de chaleur !
Mais que sont devenues ces si douces soirées
Passées dans le jardin à repeindre en couleurs
Ce vieux monde épuisé ? Les flèches acérées

Du soleil endormi sont encore en suspens,
Et répandent encor leur frénésie ardente
Comme au mitan du jour. Oh, qu’il pleuve… ou qu’il vente :
Un gros mistral bien froid. ! Maintenant on l’attend,

Et plus encor la pluie s’il y en a toujours
Aux confins de ce ciel trop bleu qui m’exaspère.
Je n’aime plus l’été, bien moins de jour en jour,
Ni ce temps insensé que plus rien ne tempère…

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.