Je n’aime pas l’été…

Poème illustré par un tableau de :
Jacqueline Colbac

Je n’aime pas l’été au pays de Provence
Quand la chaleur devient dès le mois de juillet
Si lourde qu’on étouffe ; et quand trop travailler
Devient si malaisé que la moindre imprudence

Sitôt qu’il est midi vous transforme en ruisseau ;
Quand votre corps brûlant n’aspire qu’à la sieste
Dans un havre bien frais, et quand le moindre geste
Vous oblige à fournir des efforts colossaux.

Je n’aime pas l’été qui passe la mesure
Et vous garde enfermé à l’abri du soleil ;
Quand votre nez se change en un bulbe vermeil
Aussi rouge qu’un jol* passé à la friture ;

Quand vous êtes impatient que s’en vienne le soir,
Lové dans le salon carrelé de tomettes
Bien froides sous vos pieds ; et quand dans votre tête
S’agite constamment le mirifique espoir

De voir la pluie tomber d’un ciel enfin aimable.
Oh, ces longs traits d’argent rayurant le ciel gris
Embué de fraîcheur ! Vous en êtes surpris ?
La chaleur du Midi peut être épouvantable…

*Petit poisson méditerranéen, appelé aussi « mange-tout »

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.