Jardins

 

Poème illustré par :

Michel Bendon
http://pagesperso-orange.fr/michel.bendon

Quelques mètres carrés suffisent au bonheur.
Mais chez nous c’est très sec, il faut avoir au coeur
Une vraie volonté de soigner son jardin,
Sans remettre arrosage et sarclage à demain

Si l’on veut en retour avoir sa récompense :
Pouvoir apprivoiser la Nature en Provence,
Mistral et soleil fous s’unissant pour détruire
Ce qu’on s’évertue tous à en faire jaillir.

Tout a soif – air et terre – ou parfois il pleut trop !
Il faut savoir doser, ne pas abuser d’eau
Même si l’on se croit ainsi un bienfaiteur :
Les plantes n’aiment pas qu’on soit trop gaspilleur.

Mais si l’on sait ouïr ce que veulent les fleurs,
Le prix est enfin là : par giclées de couleur,
Un fouillis foisonnant jaillissant sous vos yeux
S’épanouit partout et vous êtes heureux.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.