Jardins

 

Poème illustré par :

Michel Bendon
http://pagesperso-orange.fr/michel.bendon

Quelques mètres carrés suffisent au bonheur.
Mais chez nous c’est très sec, il faut avoir au coeur
Une vraie volonté de soigner son jardin,
Sans remettre arrosage et sarclage à demain

Si l’on veut en retour avoir sa récompense :
Pouvoir apprivoiser la Nature en Provence,
Mistral et soleil fous s’unissant pour détruire
Ce qu’on s’évertue tous à en faire jaillir.

Tout a soif – air et terre – ou parfois il pleut trop !
Il faut savoir doser, ne pas abuser d’eau
Même si l’on se croit ainsi un bienfaiteur :
Les plantes n’aiment pas qu’on soit trop gaspilleur.

Mais si l’on sait ouïr ce que veulent les fleurs,
Le prix est enfin là : par giclées de couleur,
Un fouillis foisonnant jaillissant sous vos yeux
S’épanouit partout et vous êtes heureux.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire