Invitation

Catherine Prima Bouassi

Poème illustré par une aquarelle de :

Catherine Prima Bouassi
http://www.aquarelloo.com

Nous allons nous laisser bercer par le printemps,
Sa douceur infinie qui invite le Temps
A ne plus dévorer les minutes qui passent.
Retenons-en surtout la délicate trace

Qui va rester gravée au fond de notre coeur :
Moment délicieux d’un intense bonheur
Où nous serons unis, dont il nous faut jouir
Avant d’en voir l’éclat à jamais se ternir !

Une mésange bleue, comme ivre, zinzinule.
La fontaine irisée et qui tintinnabule
Crépite en pétillant dans son bassin moussu…
Le vent frôle en coquin ton cou pâle et si nu,

Te faisant frissonner tout doux sous ses caresses.
Tu es comme un grand lys, et mon désir te presse
D’enfin me dire oui… Ton teint est velouté
Et ta bouche grenat ; vois cette fleur, Chloé :

Ouverte ce matin, elle est déjà fanée…
Permets-moi d’effleurer la grâce immaculée
De tes épaules nues, l’arrondi de ton sein…
Ne fait-il point trop chaud ce matin au jardin ?

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Amours, Printemps, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire