Invitation à une grande balade

Méditerranée_p

Sonnet

Et si nous affrétions un grand navire ailé
Pour aller survoler le Midi de la France ?
Si nous nous baladions dans le ciel de Provence,
Par monts et par vallées, toutes voiles larguées ?

Nous voguerions tout doux sous le grand soleil blond,
De la plate Camargue à la Côte d’Azur ;
Et puis remonterions vers la ligne si pure
De la montagne bleue brisée par ces canyons

Où courent des torrents se muant en rivières
Le temps d’un seul clin d’oeil : bonace après furie !
Et voilure gonflée par l’énorme lumière,

Nous errerions sans fin au dessus du Midi,
Fascinés à jamais par toutes les merveilles
Que génère le Sud inondé de soleil.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.