Insensés que nous sommes…

Un jour froid, un jour chaud, un jour ni froid ni chaud !
Un ciel toujours enclin à dépasser les normes,
A se laisser aller à des excès énormes
Quand le Temps se fourvoie, car vraiment peu lui chaut

Que ces foutus Humains courent seuls à leur perte !
Un printemps chaotique aussi chaud que l’été,
Avec des maxima tellement répétés
Qu’on ne s’étonne plus ; des fenêtres ouvertes

Sur des jardins pressés dont la prompte croissance
Nous a fait oublier qu’on n’est qu’en février ;
La douceur, le soleil et la brise associés
Usant avec bonheur de leur grand’compétence

Pour nous faire espérer ; la nature démente
Aussi folle que nous qui se croit au printemps,
Abreuvant le pays d’un merveilleux beau temps
Qui séduit bêtement notre France impatiente

De jouir constamment d’une ère printanière :
Ces grands chambardements devraient nous effrayer,
Et nous convaincre enfin de bien vite rayer
De nos vies de cinglés nos manies meurtrières !

Mais non ! Nous sommes là, étalés sur la plage
A profiter en choeur de l’ardeur d’un soleil
Prêt à plonger la Terre en un profond sommeil !
Notre monde harassé va connaître un autre âge,

Enfin débarrassé de la folie des hommes ?
Nous ne l’entendons point, insensés que nous sommes…

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.