Infinitésimale…

flamme-de-la-vie

Sous la terre une graine infinitésimale,
Une ébauche de vie, un soupir, un soupçon ;
Un presque rien du tout, un tout petit frisson
Attendant le printemps dans la torpeur hiémale

Qui engourdit le Sud. Une graine de quoi ?
L’on ne peut pas savoir ! Une petite chose
Fripée et rabougrie. Un embryon de rose ?
Une plante guindée convenant à un roi ?

Une humble graminée issue des fleurs des champs ?
Un germe plein de vie, une fragile graine
Prête à naître au printemps, à l’étroit dans la gaine
La protégeant du temps souvent par trop méchant !

Dans un ventre une graine infinitésimale,
Une ébauche de vie, un soupir, un soupçon ;
Un presque rien du tout, un tout petit frisson
Enclosant le destin d’une vie animale

Encore en devenir. Un minuscule Humain
Semblable à un pépin, encor très vulnérable
Dans sa coque de chair. Un miracle admirable
Comme toute existence annoncée pour demain…

Une plante, un Humain ? Deux vies et deux destins
Qui poussent doucement et vont prendre leur place
Au cœur d’un grand rébus. Deux minuscules traces
De la vie sur la Terre en un monde incertain…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Infinitésimale…

  1. Dumas dit :

    J’adore !

Laisser un commentaire