Infini…

Sommets. G.Thomas

Poème illustré par un tableau de :

Gilbert Thomas
www.gilbthomas.blogspot.com

Le ciel à l’infini se perd dans les étoiles…
Et si nous osions tout, si nous mettions les voiles
Au-delà des monts bleus qui barrent l’horizon ?
Oubliées la vie terne et la morne saison

Qui nous étouffent tant ! Nous pourrions survoler
Le Verdon, la Carelle et plus loin l’Escalet
Sur le vaisseau ailé issu de notre rêve.
Estompés par la brume ténue qui s’élève

Au-dessus du canyon qui a fendu la terre,
Nous en verrions surgir un monde lapidaire
Façonné par les eaux descendant du plateau.
Libérés de tout lien, montant toujours plus haut,

Effleurant la montagne et ses falaises brunes,
Nous nous évaderions au-delà de la lune,
Là où le ciel sans fin se perd dans les étoiles,
Infiniment heureux d’avoir largué les voiles…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, La Provence au coeur, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire