Impromptu d’été

Du jambon, du pain frais, des tomates-cerises,
Du bandol, deux banons et quelques mignardises :
Pique-nique frugal, prêt en quelques instants
Car à la météo on parle de beau temps.

On a vraiment bien fait d’obéir à l’augure :
Le soleil est radieux ; l’été tout aussi mûr
Qu’un beau fruit mordoré enfin épanoui ;
Et juin qui nous semblait tout aussi rabougri

Qu’un triste mois de mars s’est enfin éveillé.
On a choisi un coin, non loin de Saint-Jeannet,
Qui sent bon la résine et les fleurs du maquis.
Le talus tout fleuri où je me suis assis

Ne pique encor pas trop… Le vin est délicieux,
Juste frais comme il faut. Et ce brugnon juteux,
Dégoulinant de sucre, est l’un des tout premiers :
Les plaisirs de l’été ont vraiment commencé…

Dans la pinède tiède un oiseau s’égosille.
Oh mon Dieu, qu’on est bien sous le soleil qui brille
Encor modérément ! Gloire au nouvel été…
Je suis un peu pompette, et tu m’as l’air bien gai…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire