Imprévu !

Poème illustré par un tableau de :

Gilbert Abric
www.gilbert-abric.com

C’est incroyable : il a neigé !
Et nos pieds collent à la rue
Comme enlisés dans de la glu.
De la neige fin-février,

C’est invraisemblable en Provence !
On n’a vraiment pas l’habitude.
Mon Dieu ! que cet hiver est rude,
Comme d’ailleurs partout en France !

Les trottoirs sont dissimulés
Par une pelisse en argent
Qui chinte sous nos pas prudents.
La lumière est ensommeillée,

D’heure en heure plus tamisée
Par les flocons qui l’obscurcissent ;
Et le tapis rêche qui crisse
Devient de plus en plus épais.

Les rues de Marseille sont blanches,
Et un lourd silence feutré
La musèle, paralysée
Sous son soleil terni qui penche.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.