Impressions

 

Ce paysage au loin est tellement parfait
Qu’on n’a pas assez d’yeux, ni de nez, ni de bouche
Pour le voir, le sentir, le toucher, le goûter.
Tout est si beau parfois, et la Nature accouche
De phénomènes tels qu’on ne les croit pas vrais.

Mais peut-être est-ce moi qui vois ainsi les choses,
Qui pense que ce lac est un gouffre fangeux
Rayé à sa surface d’oblongues traînées roses
Qui en font un tissu féérique et soyeux !
Pourquoi donc mon bon sens est-il remis en cause

Quand l’eau bleue vire au roux dans les rayons du soir,
La changeant en décor irréel, enchanté ?
Serre-Ponçon au fond de ses gorges se moire
Des ultimes reflets d’un dernier soir d’été.
Sur ses pentes dorées les mélèzes sont noirs.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Impressions

  1. Martine Tron dit :

    J’aime beaucoup ce poème, Vette. Il coule, comme l’eau bleue qui vire au roux…
    Dis-donc, tu écris sans manger ni dormir ? 🙂
    Je t’embrasse bien affectueusement,

    Martine

  2. Vette dit :

    Ma vie se passe… en poèmes !
    Vette

Laisser un commentaire